Coupe de France eau libre – Gray – 7,5 km

Récit de Marie sur la Coupe de France du Pays Graylois à GRAY (70) – août 2018

Première expérience sur une compétition officielle en eau libre lors d’une étape de la coupe de France d’eau libre à Gray le 05 août 2018. 7,5 km effectué en 6 tours de 1 km 250 chacun. Sans entrainement spécifique, la course a été plus difficile que prévue. Mais ce fût une expérience très enrichissante du point de vue de la découverte des règles de l’eau libre, de l’ambiance (totalement différente de celle des bassins), des bons réflexes à adopter (prendre un point de repère facile à capter en 1 seconde comme des arbres, une église…), et des tactiques de course mise en place par les concurrents plus expérimentés.

 

 

Dès le début de la course, des petits groupes se forment, et je reste avec un groupe de mon niveau. Mais ça part vite, peut-être un peu trop vite pour mon état de forme du moment… Je décide tout de même de m’accrocher, premier tour, deuxième tour, puis le groupe éclate. Je n’ai d’autre choix que de nager seule et faire ma course selon mes ressentis. Nager en rivière signifie aussi nager avec et surtout contre le courant. Chose sur laquelle je ne suis absolument pas entraînée. C’est parfois difficile de trouver son rythme lorsque sur la moitié de la boucle de 1 km 250, nous devons nager à contre courant. 3ème tour, 4ème tour, je commence à comprendre (eh oui seulement après 3 km !) comment m’orienter plus facilement grâce à des points de repères trouvés lors de la course. 5ème tour, la nage est plus difficile, j’ai mal à la nuque, au dos (à force de relever la tête constamment pour m’orienter), j’essaie de me concentrer sur ma technique et ma respiration pour économiser les forces qu’il me reste. 6ème et dernier tour, une fille est dans ma ligne de mire, je ne la lâche plus des yeux, j’essaie de revenir petit à petit sur elle. Au passage de la dernière bouée, elle me voit enfin et se met naturellement à accélérer. Dur, quand tu as déjà passé 800 mètres à accélérer pour la reprendre. Ce n’est pas le moment de flancher. Je m’accroche mais elle arrivera sur la ligne d’arrivée 12m environ devant moi. Je touche le panneau d’arrivé. Enfin, c’est fini, je l’ai fait. Je suis heureuse d’avoir réussi à parcourir ses 7,5 km non sans mal mais en gardant ma lucidité sur mes capacités.

A rééditer !