La prise de pouls

Le rythme cardiaque

La prise du pouls est une méthode largement utilisée pour mesurer l’intensité de la performance lors de différents efforts physiques. En dehors des activités physiques, le pouls est apprécié pendant 15, 20, 30 ou 60 secondes. A la fin d’un effort à forte intensité, 5 ou 10 secondes peuvent suffire (un coefficient multiplicateur est utilisé pour obtenir le rythme/minute).

Au repos, le pouls d’un sédentaire est, en moyenne, de 75 pulsations, mais il varie en fonction de l’âge, du sexe, de la taille, du poids et de facteurs innés. Le cœur d’un sportif plus entraîné est plus performant que celui d’un homme sédentaire.

En effet, le cœur est sollicité lors de l’entraînement et comme il est lui aussi un muscle, il accroît ses capacités sanguines. Ainsi, le volume du sang éjecté à chaque contraction du cœur est plus élevé. Les performances du cœur étant accrues, les besoins de l’organisme sont couverts par un moindre travail cardiaque. Pour cela, le cœur d’un sportif est assez lent : environ 40 pulsations par minute. Cependant, lors d’un exercice modéré, le rythme cardiaque passe d’environ 75 battements par minute à 140 battements par minute. Or, après un 100 m de course à pied, le cœur se contracte trois à quatre fois plus vite car durant notre course, nous avons multiplié par trois ou quatre nos besoins en dioxygène et le rejet du dioxyde de carbone dans notre sang.

Le temps nécessaire au retour du pouls à la normale dépend de l’intensité de l’exercice et de la condition physique du sujet. Ainsi, l’accroissement de l’intensité de l’exercice augmente le temps de récupération. Mais pour un effort déterminé, l’amélioration de l’entraînement diminue ce temps.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Tumblr